Quand j'ai 17 ans

Ça y est, aujourd’hui, j’ai 17 ans. Ça commence à être un grand chiffre 17 ans je trouve, le prochain c’est 18. Wow.

Parfois, j’ai encore l’impression d’être le petit garçon qui dévorait les livres à la bibliothèque, jouait aux playmobil et … et qui était enfant tout simplement. Bien sûr il me reste la lecture, les bouquins qui s’avalent tout rond l’un après l’autre, malgré les cours, malgré les devoirs, malgré le temps qui coule. Bien sûr il y a encore les rires et les sourires, la joie, le bonheur, les jeux, être ce que l’on est et pas ce que les autres veulent qu’on soit, être encore un gamin parfois, regarder encore des dessins animés.
Mais quand même, j’ai changé, j’ai grandi, c’est normal. Je suis plus grand, je n’ai plus la même voix, je découvre ce que c’est que grandir, être adulte aussi, déjà. Les playmobil prennent la poussière. Le pire en fait c’est y rejouer et bien qu’y retrouver du plaisir, se rendre compte que la magie a disparu. Ça fait un choc quand même. Les jeux, les lectures, les films visionnés, la musique, tout cela a changé et on retrouve les jouets kinder, les cds d’enfant, les vidéos et photos avec nostalgie. Parfois c’est presque difficile, tout paraissait alors plus simple. Maintenant il y a les devoirs, le bac bientôt, la vie, l’amour, les disputes. Tout est différent plus compliqué plus tourmenté, wow. C’est le mot. Des fois les émotions c’est comme un tsunami qui gronde à l’intérieur et qui y reste, qui dévaste tout mais qui y reste, et se calme.
Bah oui, c’est pas facile de grandir quand même.

Alors tant qu’on y est, parlons bouquins.

Il y a Les étrangers du temps que je viens de finir, le dernier livre fini pour mes 16 ans, c’était une jolie fin livresque je trouve. C’est une histoire un peu fantastique, en tout cas réaliste, historique, « Thriller » y a-t-il marqué sur la couverture, je pensais que l’appellation était un peu erronée … en fait pas tant que ça ! On s’attend à une simple histoire de voyage dans le temps, Hadrien découvre un carnet qui raconte la vie de Colombe, on s’attend à une rencontre. Mais non. Bah non, Corinne Gatel-Chol elle est bien plus originale que ça. Ça m’a semblé un peu confus par moments mais quand même. Avec un style à la richesse époustouflante, elle narre le destin tourmenté d’un adolescent qui essaye de mettre la tête hors d’un début d’addiction à la drogue qui pourrait vite devenir … grave. Du coup Colombe, la voit-il vraiment à sa propre époque ? Ou est-ce une hallucination due à la drogue ? Il m’a semblé que l’auteur nous laissait le choix. Moi, comme toujours, je choisis le fantastique … le rêve. Mais l’idée de ce choix en elle-même est séduisante. Les deux destins un peu tragiques se mêlent et Hadrien sombre peu à peu alors qu’il y a sa famille aimante, alors qu’il y a cette magnifique maison, un ancien château, en Haute-Loire, une maison qui m’a fait rêver et dont Hadrien aurait pu profiter dans une bonne humeur indéfectible. Alors qu’il y a sa sœur jumelle, Héloïse. Cette sœur joyeuse, gaie, un véritable soleil, une lumière à elle toute seule. Alors qu’il y a les petits bonheurs de la vie qu’Hadrien aurait pu saisir. Les Etrangers du temps est plus qu’une simple histoire fantastique, ou réaliste, ou historique (le réalisme de l’époque (fin XIXè) est extraordinaire), ou un thriller. Les Etrangers du temps est aussi plus qu’une histoire d’un frère et d’une sœur, ou d’un garçon qui tombe amoureux d’une jeune servante qui est morte depuis longtemps.
Non, les étrangers du temps est l’histoire bouleversante d’un garçon qui trouve dans ce carnet un fragment d’ailleurs, un passé où il peut transposer toutes ses peurs, tous ses tourments, tout ce qu’il ressent. Où il peut déverser son appréhension du futur, son envie furieuse de vivre et d’aimer.
C’est rarement maladroit et toujours une flèche en plein cœur.


Il y a Hate List.
 Une liste de la haine écrite avec son copain. L’envie de se venger, l’envie dévorante de se venger de tous ces gens qui se sont moqués d’eux, ris d’eux, qui les ont persécutés … Et puis finalement, il y a une fusillade. Nick qui arrive au lycée et s’en prend à tous ces gens qui sont sur la liste. Il y a le sang, les cris, la haine, la peur, l’horreur et chez le lecteur, puisqu’il suit cette journée de façon découpée, entre chaque chapitre, il y a ce sentiment indescriptible, il y a la peur que cela arrive et cette distance, comme si une telle horreur ne pouvait arriver, un serrement au cœur, se rendre compte qu’il est possible d’en arriver là, que des lycéens de 17 ans peuvent mourir un matin tués un camarade alors qu’ils ne s’y attendaient pas. La vie peut basculer … dans les ténèbres. Et alors il reste Valérie, seule contre le monde entier. Avec un père qui ne peut plus supporter ce poids sur ses épaules, un frère adorable mais qui veut vivre lui aussi, une mère qui se bat, malgré tout. Seule dans son lycée, avec une culpabilité écrasante. Comment se débarrasser de celui-là ? 
Hate List est le parcours tourmenté et bouleversant de cette adolescente. Une adolescente qui aurait voulu de l’amour de Nick, d’une vie pas toujours facile, mais une vie bien plus facile de ce qu’elle doit traverser maintenant. 
Hate List est une histoire humaine poignante. L’histoire d’adolescents, de parents qui doivent surmonter cela, qui doivent apprendre à vivre avec, qui doivent, peut-être, pardonner.
Jennifer Brown aurait pu. Elle aurait pu tomber dans le pathos avec une fin tragique et très marquante, mais du pathos quand même. Mais elle a fait le bon choix. Elle a écrit un livre sombre et qui touche le lecteur jusqu’au plus profond de lui-même avant de finir sur l’espoir. Le tout est juste, touchant et s’emboîte parfaitement.
C’est dur, c’est beau aussi, c’est lumineux finalement et c’est bouleversant.
  S'il est temps de souffrir, il est toujours temps de guérir.

Et enfin, il y a Double jeu. Ce court roman de Jean-Philippe Blondel que j’ai commencé un soir avant de dormir et que j’ai dû arrêter à regret. Pour le reprendre le lendemain matin dans le bus et d’une traite le lire.
WOW.
Je reviens avec ce mot parce que sincèrement c’est le premier qui me vient.
WOW.
Changer. C'est ce qu'ils veulent tous. Il faut que j'arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d'être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là. C'est ce que je voudrais, oui. À l'intérieur, je bous. J'aimerais être loin. Loin, genre à l'autre bout du monde. Me réinventer une existence avec un début moins pourri.
 J’en suis ressorti tourneboulé. Parmi les 3 de cette chronique, bien que tous assez loin de ce que je suis, c’est dans Quentin que je me suis le plus retrouvé. Un élève de 1ère L, option théâtre. Un élève qui se retrouve dans ce lycée de bonne classe et plus dans ce lycée de banlieue où il avait ses marques, … sa réputation. Mauvaise. Nouveau départ, repartir de zéro.
Seconde chance.
WOW.
Quentin est là, perdu dans ce qu’il vit et dans ce qu’il est, déchiré entre cet univers de banlieue qui est son chez-lui et ce nouveau monde dans lequel il pénètre, si loin de lui, si tentant. Il est déchiré entre ce qu’il était, entre ce qu’il veut être. Mais il est pour l’instant ce garçon perdu, déchiré, qui rêve, qui vit.
En 150 pages, l’auteur arrive à construire une histoire juste et terriblement touchante. Un portrait séduisant. Un portrait déchirant, un personnage attachant. Une histoire courte, forte, comme un éclair qui éclate, gronde, frappe, marque … et finalement foudroie d’émotion.
Parce que la vie est un théâtre, parce que la société est ce théâtre dans lequel chacun joue le rôle qu’on lui attribue, parce que parfois on ne veut plus de ce rôle ou on veut en changer, parce que parfois au théâtre, c’est peut-être là qu’on redevient soi-même, parce que le quatrième mur se brise facilement et parce qu’on veut vivre plus que jouer, par-dessus tout.
 Je ne sais pas ce que c'est, mon âme.

Donc voilà. 17 ans c’est de la nostalgie, c’est beaucoup d’émotion.
Mais 17 ans c’est pas que ça, bien sûr.
17 ans c’est le lycée, le bac et son stress certes, mais les cours de philosophie passionnant, les amis chaque jour, les cours de théâtre si bons à vivre, c’est parler, travailler, aimer, rire, être soi, se chercher et se trouver.
17 ans c’est être épanoui, être bien, parfois tourmenté, mais bien, parce qu’on change et que ça fait du bien aussi, parce qu’on comprend parfois mieux qui on est, parce qu’il y a l’avenir devant moi, déjà un beau passé, et un présent dont je ne me plaindrais pas.
J’ai 17 ans, je veux rire, aimer et vivre de tout mon être, j’ai 17 ans et je crois que je suis heureux.


http://bouquinsenfolie.blogspot.fr/2011/11/chronique-17-lunes-de-kami-garcia-et.html 17 lunes, 17 ans
Choisir entre noir et blanc
L'or pour oui le vert pour non
17 ans pas un de plus
...


Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
Et l'aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants

28 commentaires:

Juliah a dit…

Très bon anniversaire à toi Nathan! 17 ans, c'est à la fois un âge qui semble nous éloigner de l'enfance, tout en nous rapprochant de l'âge adulte, des "responsabilités", mais ces deux périodes ne sont que deux formes de libertés différentes et semblables en même temps : celle de tous les possibles. Bientôt 18 (si si, ça passe vite!) alors profite bien de cette belle année qui s'ouvre, savoures-en tous les instants comme tu sembles prêt à le faire, les bons comme les moins bons, parce que la vie, c'est ça, tout simplement ! Biz virtuelles, mais pensées bien réelles, Juliah !

lectures lutines a dit…

Joyeux anniversaire Nathan !
Profite bien de tous ces moments qui te rendent heureux et wow, continue à croquer la vie à pleine dents !
Merci pour tes commentaires de lecture et ta prose élancée et ta fougue, et la chanson, que j'aime beaucoup aussi !

Solectrice

Marie a dit…

Joyeux anniversaire :D

Corinne Gatel-Chol a dit…

Merci Nathan ;-) ...tout simplement...

Solenn a dit…

Joyeux anniversaire Nathan :)
je te souhaite pleins de belles choses, ainsi que de belles lectures

Stéphanie a dit…

Joyeux anniversaire Nathan :) !!! Les Etrangers et Hate List sont deux gros coup de coeur pour moi !!!

Vavi a dit…

On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, disait ce poète que je chéris plus que tout... Encore un très joyeux anniversaire Nathan ! :)

Clèm a dit…

J'ai lu ton article ce matin et je n'ai pas eu le temps de te laisser un petit commentaire… Un très bel article, comme d'habitude ! Re-re-re-joyeux anniversaire ! ♥

Les lectures de Val a dit…

Je te souhaite un joyeux anniversaire Nathan
17 ans c'est un très bel age profites en bien
bisous

Eze3kiel a dit…

Joyeux anniversaire !
Profite bien de ce bel âge (bien que personnellement, je trouve que tous les âges sont beaux même si tous très différents) et surtout... continue à être heureux.

Lalou AS a dit…

Ouaw. Ton article m'a beaucoup émue, je tiens à te le dire !
C'est juste superbe, j'ai failli verser ma petite larme :)
Je te souhaite juste tout le bonheur du monde, essaye de profiter un maximum de ta dernière année en tant qu'adolescent ;)
Merci beaucoup à toi pour tout ce que tu nous apporte !
Un sublime anniversaire à toi,
Lalou AS ♥

Za a dit…

Heureux anniversaire, monsieur Nathan !
Sois heureux, curieux, amoureux, aventureux, généreux !

balletdemots a dit…

Bon anniversaire à toi Nathan (en retard désolé...).

Continue comme ça et sache que l'enfance reste toujours un peu en nous, même quand on grandit ;).Perso, j'ai bientôt 23 ans mais plutôt entre 7 et 15 dans ma tête ;).

Continue à écrire, à lire, à vivre,etc.

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci beaucoup ♥
Eh oui ça va vite arriver .. !
Merci beaucoup et bizzz aussi ! :)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci !!
De rien et merci pour tout ces jolis mots :3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

J'allais dire toi aussi xD
Merci :)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci à vous :3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci :-)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merciii !
Très beaux livres n'est-ce pas :3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Exactement !!
Merci :D ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

MERCI ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

J'y compte bien !
Merci :3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci :))

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci merci merci 17 fois ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merkiii ZA :3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci :))
Oui sans aucun doute :3

Caroline Vermalle a dit…

Bon anniversaire Nathan ! Ton texte sur l'enfance qui s'éloigne est très beau. J'espère que tu vas continuer à écrire !
Amitiés
Caroline Vermalle

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci beaucoup Caroline !
J'y compte bien :)

Enregistrer un commentaire