La magie des lucioles. ♥



Il y a un peu plus de 7 ans. Moi, enfant, 9 ans. Moi, grand lecteur déjà. Moi qui découvre Tobie Lolness. Je joue, j’adore les playmobil, je lis, je suis un enfant avec tout ce qui va avec. Qu’est devenue la lecture pour moi en 7 ans passés ? Du rêve toujours. Des sentiments, des émotions, un bouleversement. Une passion, de plus en plus. Ma vie ? Une nostalgie parfois. Repenser, ressasser, relire. Ou tout simplement lire.

Il y a 7 ans, j’avais 9 ans. Elémentaire mon cher Watson. Il y a 7 ans, j’avais l’âge de Victor, Victor Beauregard. 
Victor écrit son roman. A la lumière d’une lampe torche sous ses draps, il trace ses mots sur le papier, ses mots d’enfants, ceux que Gilles Paris sait laisser filer comme des étoiles, jusqu’en plein cœur du lecteur. C’est doux, beau, percutant.

Comme chaque été, le petit Victor part en vacances avec sa mère. Et sa deuxième mère, Pilar. Il n’y a pas son papa, photographe, son « papa qui ne veut pas grandir ». Mais il y a sa sœur Alicia. Son meilleur ami Gaspard. Son amoureuse Justine. Et il y a les deux jumeaux, Tom et Nathan.

Victor tisse là son été sous nos yeux captivés. Les mots tombent juste. Au fil des pages, la tension grimpe. Le suspense ? Oui. Il y a ce quelque chose, ce quelque chose qui s’est passé, que Victor va nous raconter, qui grandit en intensité, dont on ignore tout. Il y a le non-dit, les mots qui vont tomber parce qu’il le faut, il y a une histoire à raconter.
Ne revient-on pas d’été le cœur plein d’histoires ? 
Ca grimpe, c’est prenant.

Victor tisse son été, il tisse une toile de personnages qui se lient les uns aux autres. Ce couple doux et attachant, ce père loin, touchant, agaçant, cette sœur adolescente que Gilles Paris a su trouvée juste, loin de tout cliché. Ce meilleur ami d’été, cette amoureuse qui fait les joues rouges et le ventre bizarre. Deux rayons de soleil.
Et les deux jumeaux. Tom et Nathan. Les noms de deux lecteurs blogueurs que vous connaissez bien si vous me suivez … les noms que Gilles nous a empruntés, ainsi que quelques éléments des personnages.
Alors la sensation étrange de voir évoluer ces personnages. Ces personnages d’abord repoussants, mystérieux, dérangeants, finalement attachants, indispensables, surprenants.

Gilles Paris donne vie à cette petite voix si tendre qui s’insinue doucement en nous. Cette voix qui conte son histoire. Cette voix qui raconte sa vie avec la simplicité qu’a un enfant à le faire. Malgré la difficulté de certains moments. Cette voix qui aborde des thèmes si simplement, parce que c’est sa vie, parce que c’est comme ça, et ça sonne juste. Fort.

Il a deux mamans, c’est comme ça. Il y a l’absence d’un parent, c’est sa vie. C’est pas toujours facile la vie, ça il l’a compris Victor. 

Alors voilà le conte d’un été. Une histoire un soir d’hiver pour retrouver l’été, pour retrouver l’enfance, pour retrouver. Une histoire un soir d’hiver qui réchauffe le cœur. Le cœur doucement s’attache, parfois s’emballe, et toujours vibre. Passion, tendresse, douceur toujours. Les mots ruissellent et les sentiments touchent. Un roman pour retrouver l’enfance tout simplement. Un roman parce que grandir c’est difficile. Un roman pour Ne pas oublier
de rêver.

En lecture commune avec Tom, Théo et Damien

Et pour finir, deux bandes annonces de ma création,
avec l'aide de mes 3 acolytes...

8 commentaires:

Au Rendez-vous Littéraire a dit…

J'ai adoré ce livre :) !!! Un vrai régal :) !!! Je peux mettre un lien vers ta chronique sur la mienne ?

Marie a dit…

J'ai vraiment envie de le lire ! :)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Bien sûr !!! Merci :3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

A lire :3

Au Rendez-vous Littéraire a dit…

C'est fait :) !!! Merci !!!

Mlle Mathilde a dit…

Ce livre me tente vraiment trop, il va malheureusement falloir attendre un peu avant de me l'acheter, mais ça sera fait ! :B

balletdemots a dit…

Finalement ça me donne envie de le lire tout ça (oui FB ne me donnait pas envie^^).

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Ah là là tant mieux :D

Enregistrer un commentaire