De l'importance de la rentrée dans nos vies


 Ca y est, c’est la rentrée ! Encore deux mois qui se sont écoulés à la vitesse grand V, à oublier tout ce qu’on a appris l’année passée, à fêter les bonnes premières notes du BAC, à prendre du bon temps, à voir des amis, la famille. Deux mois à ne plus penser au lycée, aux devoirs, à mettre le cerveau en veille et refouler le bac dans un coin du cerveau. Deux mois pour s’amuser, se reposer, créer, découvrir, voyager aux quatre coins de la France, voire aux quatre coins du monde pour certains. Moi qui n’ai jamais le temps de m’ennuyer, je suis toujours étonné à quel point ça passe vite. Et je reste fasciné par cet aspect étrange que prend le temps. Les deux mois s’écoulent aussi vite qu’un sablier brisé et pourtant, arrivé au seuil de la rentrée, on a l’impression que ça fait des années qu’on a pas revu le lycée, les profs, les amis, les devoirs et la routine rassurante des cours. Comme quoi le temps reste une notion abstraite qui gardera sans doute à jamais ces mystères. Et c’est ce qui le rend beau non ?

Toujours est-il que la rentrée ça veut dire beaucoup de chose pour tout le monde. La rentrée c’est d’abord les retrouvailles, les étreintes de ses amis qu’on n’a pas vu pour beaucoup depuis deux mois. Cette petite excitation du renouveau : les emplois du temps, les profs, les cours… Et la rentrée c’est l’odeur du neuf. Les trousses, les stylos, les cahiers, les agendas soigneusement choisis ou personnalisés, les sacs à sélectionner sans erreur, les cahiers, les classeurs, les trieurs encore vides de savoir et de poids, tous ces objets qui sont encore en parfait état et qu’on retrouvera dans quelques mois au fond des poubelles, en lambeaux. Tous ces objets qu’on se plaît encore à ranger mais qui deviendront vite l’origine des soucis, des déprimes, des colères et des prises de tête ! Tous ces objets qui sont au centre des campagnes publicitaires tape-à-l’œil qui se multiplient dans tout le pays. Les nouveaux gadgets Maped, les promos de la rentrée, les occasions à ne pas rater ! Ces panneaux colorés à grands coups de bas prix qui se retrouveront vite broyés et le rayon Rentrée se réduira avant de ne devenir dans les magasins qu’une allée tombée dans l’oubli, bien vite remplacée par de nouvelles publicités, de nouveaux évènements, de nouveaux rayons. Les déguisements et décorations d’Halloween, les premiers catalogues de Noël qui arrivent parfois dès octobre… et c’est reparti pour l’inlassable cycle du marketing !

Et si c’est l’occasion pour les éditeurs de faire paraître pour les enfants tous ces albums à propos de personnages qui font leur rentrée, que ça soit Trotro, Tchoupi, Petit ours brun ou tout autre inconnu auxquels les petits élèves pourront s’attacher, la rentrée apparaît aussi parfois dans les romans pour adolescents mais de façon moins focalisée et est l’occasion pour les auteurs d’aborder des thèmes divers.

J’ai choisi de vous parler de trois romans qui m’ont marqué cet été, pour tous les âges et notamment des collégiens aux étudiants, même si selon moi, la lecture n’a pas d’âge… Peut-être avez-vous déjà entendu parler, et si vous suivez mon blog nul doute que c’est le cas, de l’auteur Susin Nielsen qui a déjà su prouver avec deux romans qu’elle a tout d’une grande auteur pour la jeunesse. Avec son ton léger et une certaine profondeur derrière, elle traite du divorce, des familles recomposées, des amitiés qui vont au-delà des différences, des préjugés.

RENTREE LITTERAIRE JEUNESSE

Dans son nouveau roman, le dernier paru au Canada et le dernier traduit en France, Le journal malgré lui d’Henry K. Larsen, il est question de diverses thématiques. Le roman se construit sous la forme du journal d’Henry qui l’a commencé sous les conseils de son psy bien que, comme il le répète, il n’en ait pas envie. Le ton est léger et sincère, et le personnage livre là ses réflexions, le récit de son quotidien, ses impressions sur ce psy un peu miteux, ses voisins ridicules, ces élèves ringards auxquels il ne veut pas se mêler. Susin Nielsen met là en avant les points les plus sombres du collège… Je ne garde pas de mauvais souvenirs de mes années collège, qui furent géniales, seulement je me rappelle bien aussi des moqueries que j’ai pu essuyées du fait que j’avais de très bonnes notes, que j’étais tout le temps fourré au CDI et que j’avais toujours un livre dans mon sac. Et je me rends bien compte, notamment au cours de mes lectures, que certains élèves endurent de façon parfois plus violente la cruauté enfantine. Du coup, l’auteur a pour personnages des élèves rejetés pour leurs goûts différents, leurs apparences, leur « ringardise » en somme. Ce sujet m’a particulièrement touché, et l’intrigue est rondement bien menée. Finalement, qui est le plus mature ? Le jeune garçon qui est encore à fond dans les émissions de catch ou la brute qui doit sa popularité aux vêtements qu’il porte, aux musiques qu’il écoute, et à sa carrure imposante ? C’est cette réflexion qui m’a intéressé.
Mais bien sûr, le roman est plus riche que cela. Puisqu’Henry a connu cette violence d’assez près. Dès le début du roman, il parle de CA, cet évènement dont on ne sait rien, dont il refuse de parler, et qui a brisé sa famille. On va petit à petit apprendre de quoi il est question au fil des confidences d’Henry, de ses discussions avec son psy. Un roman brillant aux personnages très touchants.
Susin Nielsen y livre là sa vision du collège, de l’amitié, de la famille. Elle construit avec talent une histoire bouleversante où il est question de violence, mais aussi des petits bonheurs de la vie ; serrer sa maman contre son cœur, regarder une émission de catch avec un plateau repas, passer de bons moments avec son papa, jouer aux jeux-vidéos avec son meilleur pote. Grandir.

« Le collège, ça change tout. Quand on est petit, on peut se balader tant qu’on veut la braguette ouverte. On peut dire aux gens toutes les choses bizarres que l’on sait. On peut chanter en public. On peut aller au parc avec un collant blanc par-dessus son pantalon et se prendre pour Le Danois ou n’importe quel champion de la Ligue planétaire de catch. Je le sais, parce que Jess et moi le faisions tout le temps, avant. Mais quand on grandit, tout change. »

En tout cas, je ne cesse de me dire qu’à côté du lycée, je ne retournerais au collège pour rien au monde. J’ai vraiment l’impression de vivre à fond depuis que je suis entré en seconde. Le temps s’écoule bien plus vite qu’avant, mais il y a le théâtre, les amis, les découvertes, les chemins qui se tracent devant moi. Encore faut-il choisir le bon ; mais je peux me tromper. J’ai encore le temps. Il y a toujours ce moment où on arrive au plus haut niveau –avant de dégringoler au plus bas d’ailleurs. Les CM2, les grands de la récréation ; les 3è, qui passent dans la cour supérieure du lycée ; les Terminale, qui sont, d’un œil plus jeune, grands, un peu plus vieux, plus matures peut-être. Et puis d’un coup tu finis ton année de première, tu passes les premières épreuves du bac et là c’est toi le Terminale. Mais pas grand chose n’a changé, tu es juste toi, tu ne te sens pas particulièrement plus grand, tu es juste toi aux portes d’une dernière année de lycée au bout de laquelle il y a le bac. Au bout de laquelle il y a, encore, des adieux.

14€90 - 264 pages
Je vais en outre vous parler d’un roman qui a aussi su beaucoup me toucher. Sur ce blog, vous avez aussi beaucoup entendu parler du salon du livre de Montreuil où je me rends tous les ans, et surtout de la collection Exprim’, qui, à chacun de ses romans, me surprend beaucoup, me ravit, m’éblouit de sa qualité littéraire. Quelle est le point commun entre les deux ? Il s’agit du roman Frangine, de Marion Brunet, paru au printemps 2013 et qui est sélectionné pour les Pépites des romans 2013 du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Aucune surprise là-dessus puisque ce texte, en effet, est une pépite.
Le personnage principal, Joachim, entre en Terminale. Forcément je me suis senti assez proche de lui et l’ai tout de suite adoré, ce grand gaillard attendrissant qui est lumineux, énergique et plein d’amour pour sa famille. Avec lui, il y a ses deux mères, et sa petite sœur, sa frangine Pauline qui entre en seconde et qui va se retrouver confrontée à la cruauté de ses camarades. Là encore on a affaire avec la moquerie, la violence –verbale cette fois ci–, les moments durs de l’école. Je n’ai pas vraiment rejoint l’opinion de l’auteur sur le lycée puisque j’y vis en effet de superbes moments, cependant j’ai accroché avec une facilité déconcertante à l’histoire de Joachim et de sa petite sœur confrontés à l’homophobie, l’incompréhension des autres devant leur famille différente des autres. Le personnage de Pauline était vraiment touchant, tout comme le couple « Maman-Maline », et c’est au travers du regard de son grand frère qu’on suit sa fragile évolution.
Le style est doux et marquant, parfois lyrique et superbe, les personnages regorgent de vie, l’intrigue est passionnante et le tout est un livre qu’on ne veut plus lâcher. Un livre qu’on referme avec regret, un livre dont les personnages nous manqueront, un livre qui secoue. Un livre fait d’amour et de vie.

« Quand on a une vie différente, on prend ces risques-là : rejets, ruptures, critiques. On peut regretter, se cacher dans un trou. Ou alors on décide d’être bien, on se bat, on mène la vie qu’on veut, la vie comme on l’aime. »

Comment aborder finalement le dernier ouvrage dont j’aimerais vous parler dans cette longue chronique dont vous n’aurez, je l’espère, pas décrochée ? Comment parler avec justesse d’un livre qui vous a bouleversé au plus profond de vous ? Qui es-tu Alaska ? est le premier roman du renommé (et cela se comprend) John Green. Un roman que Karine m’a offert lors d’un swap, et je lui en suis tant reconnaissant …
7€75 - 416 pages
Qui es-tu Alaska ? n’a, en son intrigue, rien de bien extraordinaire. Il est juste question de Miles Halter, un jeune étudiant, qui part dans la même pension qu’a fréquentée son père, loin de chez lui, loin de son ancien lycée où il ne connaissait pas grand monde de toutes façons. Là, il veut se cogner à la vie. Il veut connaître toutes ces expériences qui forgent la jeunesse. Et c’est ce qu’il va advenir. L’alcool, la drogue, le sexe aussi, et peut-être bien l’amitié. L’amour. A un point qu’il ne l’avait pas imaginé.
Qui es-tu Alaska ? est un roman renversant. J’ai retrouvé un plaisir de lecture comme cela ne m’arrive que pour mes plus grands coups de cœur. J’ai tourné les pages sans m’en rendre compte. J’en ai avalé les 400 avec une avidité phénoménale. J’ai pour la première fois connu les plaisirs de la lecture sous la couverture à la lueur d’une lampe torche. J’ai vibré pour le touchant Miles et ses amis non moins attachants. J’ai cherché moi aussi à percer le mystère d’Alaska… en vain. Les plus belles choses restent les plus mystérieuses. Je ne remercierai jamais assez John Green de m’avoir offert un si beau moment de lecture, un moment si intense, si fort, si émouvant.
Qui es-tu Alaska ? est un grand roman où brille tout l’art de l’auteur : la légèreté, la profondeur, et la vie telle qu’elle est. Un roman que tous les adolescents devraient lire.

« François Rabelais, le poète, a dit sur son lit de mort : « Je pars en quête d’un Grand Peut-Être. » Voilà ma raison. Je ne veux pas attendre d’être mort pour partir en quête d’un Grand Peut-Être. »

La rentrée c’est un peu tout ça. C’est l’angoisse, un peu d’obscurité, les durs moments de la vie mais aussi un nouveau départ, de nouveaux lieux, de nouvelles rencontres, des découvertes. C’est un pas vers l’avant. C’est grandir.
Pour nous, lecteurs, la rentrée c’est aussi la rentrée littéraire, une profusion de nouveaux romans.
Et pour moi, blogueur, un nouveau tournant.
Mon blog a beaucoup évolué depuis sa création. Il a changé de plateforme, il a de nombreuses fois changé de design, il a pris de nouvelles directions. Les articles ont changé, grandi, muri ? … Le plus grand tournant qu’il a connu fut sans doute celui de l’année dernière, cette nouvelle formule plus proche de moi, plus libre.
Et cette année j’ai encore besoin de changer. J’ai besoin de retrouver un plus grand plaisir à gérer ce blog. J’ai besoin de mieux m’organiser pour ne pas m’y perdre et rester régulier. Oui j’ai besoin d’une énergie toute neuve et débordante, d’un tas d’idées et de bonnes résolutions ! J’ai besoin d’écrire des articles comme celui-là, plus pro peut-être, plus personnels.
On dit qu’à l’adolescence on se cherche. On dit qu’à 16 ans, c’est encore l’âge de tous les changements. On attend de trouver qui on est. On attend de savoir ce qu’on va devenir. Alors peut-être mon blog est-il l’image de ce que je suis ? Peut-être que mon blog aussi a besoin de changement, de se chercher, de se trouver. Peut-être que je me rapproche chaque fois un peu plus de ce que mon blog se destine à devenir.



Toujours est-il qu’aujourd’hui je suis fier de vous annoncer que mon blog fait sa rentrée. Je suis fier de vous dévoiler sa nouvelle apparence, toujours dans le même esprit, mais plus moderne, neuve, changée. Je suis fier de mettre en place une navigation simplifiée (cf les menus déroulants !). Je suis fier de vous faire lire cet article, que j’espère vous apprécierez, et qui vous montre un peu ce que j’ai envie d’écrire à présent : des chroniques sur les livres, mais pas que.

Je vous souhaite une superbe rentrée, une bonne visite sur ce blog tout neuf, et de belles lectures, bien entendu.

CONCOURS
Pour fêter tout ça ... et vous consoler de la rentrée !

31 commentaires:

Céline du tiroir a dit…

Chouette nouvelle formule !

Tom a dit…

Splendide ! Un article extrêmement pro !
Bravo j'adore ! ♥

Lucille a dit…

Superbe articles pour de superbes livres et un superbe nouveau blog ! Et pour de superbes nouvelles résolution, et une rentrée qui j'espère sera superbe pour toi !

Bref, beaucoup de superbe, c'est clair, c'est classe, c'est cool, bravo !

Pépita a dit…

ouaaaah ! j'ai mis un autre commentaire ailleurs :) mais là, franchement, j'ai le souffle coupé ! Bravo ! Je suis très contente de te connaitre.

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci !

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

C'est ce que je souhaitais tant mieux :3 merci !!

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Un superbe merci à toi :D ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci merci merci mille fois ♥
Tout cela me touche grandement !

Carole Desrousseaux a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Carole Desrousseaux a dit…

Comme Pépita, je te re félicite ! Jeune homme, tu m'épates ! Bravo pour la nouvelle formule et ce billet top qui donne le ton de cette rentrée ! bizz

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Un grand (double ..^^) merci Carole, cela me va droit au coeur !

Carole Desrousseaux a dit…

ahahah pardon ! c'est l'emballement !

Culture,you and me a dit…

Ta nouvelle présentation est super et ton article m'a beaucoup touchée. Bravo!! et bonne rentrée! :)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci merci ♥

Eze3kiel a dit…

Très bel article et une nouvelle apparence vraiment agréable.
Toujours autant de plaisir à venir y traîner et faire de belles découvertes...
Bravo !

Mlle Mathilde a dit…

Génial ce nouveau design, moderne, aéré, il donne envie !

CaptainMel a dit…

Encore une pépite... On ne décroche pas une seconde, parce que tu nous embarques comme tu le fais à chaque fois sans que l'on s'en rende compte !
La conclusion arrive en douceur après ces trois chroniques liées par leur thème, liées au changement, liées à cette rentrée qu'on redoute mais qui nous excite par ses promesses et ses possibles.
C'est un merveilleux début pour un tournant, je souhaite qu'il continue ainsi tout au long de l'année... mais il ne me reste plus pour l'instant qu'à te souhaiter une bonne rentrée Nathan :)

Sapotille a dit…

ça c'est un bel article =)

Et la nouvelle présentation est très jolie

Vavi a dit…

C'est juste superbe ! Un grand bravo, et merci pour le concours ! :)

ma--bibli0theque a dit…

Ton article est très beau ! Il présente bien ce qu'est la rentrée, tu as bien choisi tes mots. Je n'ai pas du tout décroché à la lecture ;)

Pour le livre de John Green, je ne peux qu'être d'accord avec toi. J'ai lu trois de ses ouvrages, dont celui-ci, et chaque fois c'est un pur bonheur !

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Toujours un plaisir de lire des commentaires comme celui-ci : 3

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Content que ça plaise :D

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Tu as toujours les bons mots toi ... un grand merci ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci :D

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci, de rien et bonne chance :D

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

J'avais peur que les gens trouvent ça trop long !
Merci :3
Oh oui John Green ♥

Safran a dit…

Bonne rentrée Nathan :) Le design est fantastique, c'est super pro !

Safran a dit…

(Tout en étant agréable et facile de navigation ^^)

Sarah-dreameuse a dit…

J'adore le nouveau design et puis tu écris toujours aussi bien ;).

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci merci ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

C'est super sympa merci :D

Enregistrer un commentaire