[CHRONIQUE] Vango tome 2: Un prince sans royaume de Timothée De Fombelle

Énorme Coup de


Voici la critique de la suite et fin de la nouvelle série de Timothée de Fombelle, Vango. Tellement passionné, je n'ai pas pu m'empêcher, pour une fois, d'écrire 3 pages à la main d'éloges de ce superbe roman, durant deux heures et vous pouvez lire cette critique sans problème, il n'y a pas de spoiler ! Bonne lecture ! 
___________________________

VANGO tome 2 Un prince sans royaume
de Timothée de Fombelle
Gallimard Jeunesse
17 € - 400 pages

___________________________

Poursuivi par les démons de son passé, Vango repart à l’aventure. À la fin des années trente, suspendu au sommet des gratte-ciel de New York, il affronte ses ennemis avec le moine Zefiro, et retrouve la piste de celui qui a détruit sa famille. Sa quête le fait passer tout près de la belle Ethel,
l’amour de sa vie, lors de la chute du dernier grand dirigeable qui manque le blesser à jamais. Il croit alors se retirer du monde pour toujours. Mais déjà la guerre envahit l’Europe et le remet sur les routes
 ___________________________

L’attente de Vango tome 2 fut … interminable, insoutenable. Plus la date approchait, plus le simple fait de penser au livre faisait naître en moi une fébrilité, une joie, une excitation ou encore une impatience de plus en plus grandissante. Il fallut attendre une année et demie. La date étant cesse repoussée. Puis il fallut attendre quelques semaines, en septembre, depuis le mail où Timothée De Fombelle me confirmait qu’il m’enverrait le livre dès qu’il irait le chercher à Gallimard Jeunesse. Et il fallut une dernière fois attendre, pour 3 jours, lorsque Hub’ m’annonça avoir reçu le livre le mardi 4 Octobre. Et quand je découvris, vendredi soir, 7 octobre, dans ma boîte aux lettres, Vango tome 2 qui, bien sagement, m’attendait, comme promis dédicacé, ma joie et mon bonheur firent en quelques minutes le parcours croissant qu’avait fait mon impatience en une année et demi. Celle-ci avait atteint ses limites, les avaient largement dépassées et je me suis lancé, heureux, dans ma lecture de Vango tome 2 Un prince sans royaume …

                On rentre dans ce livre, comme on plonge dans la mer. La surface n’est qu’une simple couche à transpercer, et le froid une simple épreuve à surmonter, qui n’est rien, face à la beauté de l’ouvrage qui nous attend.
                Comment décrire Vango ? Comment coucher sur le papier toutes les sensations, les sentiments, les émotions qui ont jailli en moi durant cette lecture ? Par où commencer dans ce complexe entrelacement d’émerveillement et d’adoration pour ce livre ? … Timothée de Fombelle a réussi, dans son roman, à mettre dans un désordre comme celui-ci, une harmonie parfaite. Une symbiose naturelle où tout s’entrelace dans une étonnante fluidité, où tout trouve sa place et ce qu’il a à faire dans cet enchaînement complexe, cette connexion surprenante, cet admirable kaléidoscope. On retrouve là tout ce qui a fait la beauté du premier tome. On a l’impression de se retrouver dans la réception d’un hôtel, où l’on verrait défiler devant nos yeux naïfs une multitude de personnes différentes. Une multitude de fragments d’existences qui s’assemblent là, le temps d’un court instant. Tous ces personnages, toutes ces vies aux caractères uniques, aux personnalités et aux contrastes inlassablement présents. Toutes, toutes s’entremêlent étroitement, se croisent et s’éloignent, leurs destins coexistent, passent l’un à côté de l’autre, et prennent le même chemin, avant d’en changer. Certains sont liés. Inextricablement. Envers et contre tout, et sont tout bonnement indissociables l’un de l’autre. L’un ne peut pas continuer de s’étendre sans l’autre. L’un ne peut pas s’achever si l’autre ne fait pas de même ! L’un ne peut tout simplement pas exister, sans l’autre …

                On retrouve Vango, Vango et tout cet enfilement de personnages … réalistes et tellement vivants. Ce ne sont plus de simples personnages, qui suivent ce que les mots leur dictent. C’est ça, ils sont vivants, là sous nos yeux ébahis, ils suivent leurs destins toujours aussi passionnants malgré la banalité qu’ils peuvent parfois abriter. Le violoniste rêveur qui continue de lutter pour ses parents, l’homme aux multiples identités, qui ne cesse de nous faire frissonner, ou enrager, la jeune-fille aux envies de hauteur, brille d’une intelligence, d’une ruse et d’une envie d’amour et de liberté attendrissantes … Le padre à la vie en morceaux, le commissaire à l’identité fragile,  un bon nombre de personnages qui nous en mettent plein la vue, mais ils sont tant, qu’il serait difficile de tous les énumérer. Il y a aussi ceux qui sont des clés de l’histoire, ou du moins qui l’étaient, mais qui ont, dans ce second tome, perdu de l’importance. Du décor pittoresque et chaleureux des îles Eoliennes, nous sommes passés à celui enivrant et terrifiant du vaste monde. On en oublierait presque Vango, qui, me diriez-vous, se fait moins présent. J’ai envie de le nier. Vango est partout dans le livre. L’auteur nous le fait voir à travers les autres personnages, à travers les lieux qui ont fait de lui ce qu’il est, à travers les mots, et le livre entier, il le fait vivre de manière brillante ! On le respire à pleines bouffées d’air frais, on le laisse couler en nous comme une goulée d’eau douce, il s’infiltre dans nos cœurs et nos esprits pour n’en plus sortir. Il porte en lui, comme en chacun d’entre nous, une infime partie de notre monde. Celui-ci ci, qu’on découvre les yeux grands ouverts, l’esprit élargi et les sens déployés. Celui-ci, qui transporte l’ambiance de presque tout le roman. Changeante, fascinante bouleversante, et explosant d’une incroyable légèreté ! Timothée nous fait voyager dans toutes les dimensions possibles. Dans l’espace et dans le temps. D’un fragile manoir écossais, on passe aux toits de Paris. D’un dirigeable plein de charme, on tombe dans un repaire crapuleux. Depuis le charme d’une auberge italienne, on passe à celui d’un gigantesque immeuble en construction, qui deviendra plus tard, l’un des gratte-ciels les plus connus au monde. Dans des airs de guinguette parisienne,, nappes rouges à carreaux, vins et littérature, ou dans ceux d’une douce vie de château, lits à baldaquins, belles voitures et somptueuse demeure. Sérénité asiatique, bambous et médecine miracle, une Russie mystérieuse , els quatre coins du monde s’allient pour nous faire voyager …

                Un tout autre ravissement fut celui de retrouver la plume de mon auteur préféré, de Timothée de Fombelle, auteur aujourd’hui incontournable de la littérature jeunesse ! Une poésie poignante, des dialogues aux consonances théâtrales, et ses fameuses et nombreuses chutes, qui en mettent plein la vue ! Des phrases courtes, frappantes et pleines d’une vivacité qui vous coupent le souffle dans un surprenant retournement de situation, avec une soudaine prise de conscience sur l’identité d’un personnage ou tout simplement un souffle d’action qui suffit à vous fasciner.
                Ce n’est plus qu’une bouleversante histoire, une romantique poésie, ou un mouvementé film d’action défilant devant vos yeux que l’auteur a tracé pour nous, lecteurs. Moi, j’ai envie de vous dire de dévorer ce livre, ou plutôt, de la savourer, de vous en délecter, telle une succulente mais maigre soupe, ou une insignifiante pomme de terre épluchée sur huit faces. Ce que l’auteur a réussi à faire, ce n’est pas de voir loin, jusque dans le passé, à l’époque qu’il rend captivante, par ses connaissances et son agréable écriture, il a réussi à voir jusque dans … la vie. Ceci peut vous paraître étrange ridicule, mais c’est ce que j’ai ressenti. Il l’a capturée, juste un fragment, qu’il a su couché de sa plume sur le papier. Il a trouvé la cruauté, l’égoïsme, la peur, la souffrance, l’horreur et la tristesse ; il a apposé l’indifférence, l’incompréhension, la haine, ou la colère, il a introduit dans nos êtres la joie, le bonheur et a su y insuffler l’amour, et la vivacité …

                Ce roman saura capter votre attention de lecteur, du début, jusqu’à la fin. Celle-ci, clôturant de manière réussie et magnifique ce nouveau dyptique. On y trouve tout ce qui a fait de cet auteur, un écrivain célèbre et reconnu. L’émotion et la fragilité, l’amour et l’émotion, et un charmant chapitre, qui comme certains passages, vous donnera envie de vivre !  

L’attente fut longue. Très longue, mais elle en valait largement la peine. Ce second tome porte en lui tous les secrets de la réussite. L’amour, l’aventure, un réalisme secouant, mais qui par ses personnages, et ses destins qui s’entremêlent sans  cesse apporte sa part de magie. Un prince sans royaume porte haut le flambeau de son petit frère et même de Tobie. C’est un hurlement de vivant, une flamme qui brûlera une partie de vous, vous marquant à jamais de son incroyable vivacité. Vous n’oublierez pas Vango car, il n’est peut-être pas comparable à  Tobie Lolness, dont je ne me rappelles plus vraiment, mais Vango tome 2, est de loin, avec ceux du même auteur, un des plus beau livre qu’il m’ait été donné de lire.
  
___________________________

EXTRAIT pour vous donner envie de le dévorer ! ;D

Et enfin, un concours, pour gagner le livre DEDICACE !

___________________________

Nathan, le 12 octobre 2011

3 commentaires:

Amélie a dit…

Quelle belle, quelle merveilleuse critique ! Pour m'être replongée dans Vango pendant les vacances, j'attendais avec impatience ce deuxième tome, mais ayant depuis recommencer Eragon, mon attente était moins fébrile que la tienne... Mais après cette lecture, l'envie a de nouveau repris ses droits ! Pas seulement pour connaître enfin la vérité sur Vango, mais pour retrouver le style de Timothée de Fombelle, et surtout, comme tu le dis si bien /sans être le moins du monde ridicule/ la vie qui habitait Vango. Car les petits riens qui peuplent Vango, les petits détails qui émeuvent jusqu'au larmes, sont sa plus grande force. Une simplicité qui touche directement au coeur !
Voila un bel hommage pour cet auteur que nous aimons tant, une critique digne de Vango et qui permet de débuter le merveilleux voyage dans le monde de Timothée...

Mylana a dit…

Magnifique éloge à Timothée et à Vango...

(Bah oui, vu que je refais toutes les pages du blog en espérant trouver un pingouin, faut bien que je m'occupe alors je poste un commentaire ^^)

Cecile Livre-esse a dit…

Ce livre est une petite merveille ! Autant le tome 1 que le tome 2 :,).

Enregistrer un commentaire