Toi aussi joue ta vie



« TOI AUSSI JOUE TA VIE »

« Dans le roman, La pyramide des besoins humains est une émission de télé-réalité inspirée de la théorie du psychologue américain Abraham Maslow qui classe les besoins humains selon cinq catégories : besoins physiologiques, de sécurité, d’amour, de reconnaissance et de réalisation.




Schéma de la pyramide des besoins humains

Le jeu se déroule du 1er octobre au 1er novembre. Les candidats disposent d’un espace en ligne pour publier des messages, des photos et des vidéos afin de se constituer un réseau. Ils doivent prouver, chaque dimanche, que leurs besoins du niveau en cours ont bien été satisfaits en rédigeant un texte de 500 caractères maximum. Le nombre de votes obtenus sur ce texte permet à un candidat d’accéder ou non au niveau supérieur.
Les résultats sont révélés en direct lors d’une émission télévisée hebdomadaire. »

- - - - -

Prouvez que vos besoins de lecture sont bien remplis.
500 caractères maximum pour chaque besoin. [se référer à la pyramide]

Il y a une bonne intrigue, prenante et bien construite, fascinante. Elle est rapide, et c’est un peu frustrant. Mais elle est riche, et c’est intense. Alors qu’importe, la frustration tombe. Il y a de quoi se nourrir de mots, de quoi respirer avec un rythme maîtrisé, de quoi fertiliser son esprit et ses émotions.

Il y a toit, il est beau, c’est une photo de Bruce Davidson : délicate, mystérieuse, saisissante. Il y a un bel objet, une exigence dans l’esthétique, une intelligence dans la conception. C’est la collection Medium de l’école des loisirs, et elle a tendance à me séduire de plus en plus.

Il y a cet amour littéraire, ces émotions de lecteur. Ce sont celles provoquées par un personnage finement construit. Ce sont celles engendrées par un style posé mais frémissant, cachant sous ses mots un tumultueux intérieur.

Alors oui, il y a, c’est certain, une réussite. Il y a une confiance en cette auteure nouvelle, promise à de grands textes. Il y a le respect, d’être allée au bout de ce texte court mais visiblement travaillé et intimement livré. Il y a encore les maladresses, et, pour moi, une difficulté à réellement être dans l’histoire. Mais ce livre y est, sans aucun doute, dans

l’accomplissement de soi. C’est profond, fougueux, fatigué. C’est un regard las de voir un monde d’apparences où chacun est condamné à prouver sa valeur sur les réseaux, un monde condamné à placer chaque homme dans une case. Un regard sensible, juste. Un doigt d’honneur à beaucoup de choses. La littérature –un texte intelligent mais un héros à la rue. La société –un SDF loin de ces besoins en finale. L’humanité –il y a, derrière ces ombres aux coins de nos rues, des humains qui palpitent de vie.


Voir ici le site consacré au roman (très bien fourni !)
#LPDBH

4 commentaires:

Caroline's Library a dit…

J'ai étudié cette pyramide en long en large et en travers dans le cadre de mes études... Je n'aurais jamais imaginé la retrouver dans un roman. Je suis plutôt emballée par l'idée !

Lucille a dit…

Il parle de cette pyramide dans Nos Etoiles Contraires (et on en a parlé en philo, c'est dire, ça me poursuit !)
Magnifique couverture, mais j'ai lu un avis négatif aussi dessus, ça refroidit !

pépita a dit…

je viens de le terminer, chronique en cours, beaucoup aimé la profondeur de la réflexion de ce roman.

Juliette a dit…

Il a l'air super.
Belle chronique. :)

Publier un commentaire