Derniers rayons de lecture




Je vous parlais un peu de l'été hier ... Puisqu’il est encore temps, donc, quand le temps est clément, d’aller passer vos dernières journées de vacances ou vos weekends à la plage, je vous propose ici, en version réduite de ce qui était initialement prévu, quelques romans à lire sur la plage. Ce sont des romans légers, dont vous tournerez les pages sans même vous en rendre compte, que vous avalerez en quelques heures de farniente au soleil. En vous permettant d’oublier votre travail, la rentrée qui arrive ou les soucis du quotidien avec un ton drôle, frais, agréable ; ils sauront néanmoins vous toucher puisqu’ils proposent l’histoire de personnages adolescents qui découvrent la vie, l’amour, et le lot de joie ou de souffrance qu’ils peuvent apporter.


Peut-être avez-vous envie, pour commencer, de voyager un peu ? Ce second tome, suivant 13 petites enveloppes bleues, paru l’année dernière, m’a beaucoup enthousiasmé lorsqu’il a – enfin ! – été traduit en français. On y découvre l’histoire de la treizième et dernière petite enveloppe bleue qui était dans le sac à dos de Ginny avant qu’il ne soit volé. La voilà donc lancée dans un nouveau voyage en Europe sur les traces de sa tante et des toiles qu’elle a dissimulées quelque part pour que sa nièce les revende … Il semblerait donc que ce jeu de piste géant soit voué à se terminer. Mais comme la première fois, ce voyage pourrait avoir encore un lot de surprises à révéler… Maureen Johnson offre à son lecteur un roman qui se lit d’une traite et présente bien plus qu’un simple voyage à travers l’Europe. Ce sera l’occasion pour ses personnages d’en apprendre plus sur eux-mêmes, sur la vie, l’amour … comme quoi c’est peut-être en étant loin de chez soi et en découvrant, ensemble, le monde, qu’on peut s’ouvrir à l’autre, mieux le comprendre, et choisir, ou non, de garder noués les chemins. - La dernière petite enveloppe bleue de Maureen Johnson ; Gallimard jeunesse, 2013 (aussi disponible en poche)

C’est d’ailleurs dans les mêmes thèmes que s’inscrit L’amour au subjonctif. Dans son dernier roman en effet, Pascal Ruter met en place l’histoire d’un voyage scolaire rocambolesque d’une classe de latin à Rome. Car ce voyage ne va pas se dérouler exactement comme prévu … et l’auteur, dès le début du roman, met le ton. Les différents chapitres se présentent en fait comme une sorte de témoignage, et même de déposition. Il semble que quelque chose soit arrivé dans ce voyage, et ce roman va nous faire découvrir quoi. Avec différentes voix toutes plus singulières les unes que les autres, Pascal Ruter construit un roman trépidant, qui nous entraîne dans un voyage scolaire plein de péripéties invraisemblables mais captivantes. Chaque chapitre est un délice et nous offre son lot de situations grotesques, de dialogues désopilants, de personnages loufoques et attachant pour un roman hilarant qui, bien qu’improbable, reste touchant et terriblement passionnant. Les voyages forment la jeunesse, dit-on … ici, grâce au subjonctif, à un feuilleton télé ou des envies de départ, le proverbe dit vrai, et on en ressort ému et un grand sourire aux lèvres !
L’amour au subjonctif de Pascal Ruter ; Didier jeunesse, 2013

Enfin si vous avez envie de vous plonger dans l’ambiance de la rentrée, vous pouvez toujours choisir de lire le frais et touchant Dis-moi qu’il y a un ouragan, dont je vous ai déjà parlé en vidéo au début de l’été ! Dans ce roman, faisant partie des finalistes du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, Télérama et RTL l’an dernier, Fabrice Emont raconte l’histoire de Léa, une adolescente qui emménage au milieu de l’année scolaire dans une nouvelle ville pour des raisons inconnues … par le biais d’un concours de court-métrage proposé dans son cours d’art visuel, elle va faire la rencontre d’autres adolescents, nouer des amitiés et peut-être même tomber amoureuse … L’auteur traite avec légèreté et une bonne dose d’humour des premiers émois adolescents, de la relation à l’autre qui est complexe et difficile. Un ton unique qui promet des rires à chaque page tournée, un peu de suspense et de mystère, des personnages vivants et attachants, de l’émotion et un peu de poésie ; voilà sans doute la recette parfaite du roman à lire sur la plage, entre deux baignades !
Dis-moi qu’il y a un ouragan de Fabrice Emont ; Gallimard jeunesse, 2014


3 commentaires:

alittlematterwhatever a dit…

J'avais été un peu déçue par la dernière petite enveloppe bleue. J'ai trouvé dommage qu'ils ne profitent pas plus du voyage, justement...

Froggy a dit…

la couverture de "Dis-moi qu'il y a un ouragan est sublime....L'amour au subjonctif me fait bien envie de par ton avis mais aussi sa couverture rigolote :-)

Boom a dit…

Des livres qui pourrait me plaire :D

Publier un commentaire