C'est beau et tendre



                Alors voilà, je lisais donc Une place à prendre et là je me suis dit : « Nathan, si tu veux avoir au moins une chronique de faite mardi, commence donc L’amour sans le faire ! » Comme j’écoute toujours cette petite voix dans ma tête, je l’ai fait. Et ben mon vieux moi je te dis, cette petite voix elle devait déjà l’avoir lu le bouquin, sinon elle ne me l’aurait pas conseillé ! J’ai passé véritablement un EXCELLENT moment !

                Honnêtement, hein. Dès les premières pages déjà je me dis que j’adore le style de l’auteur. Et au bout de 50, je peux déjà dire (à moins que ça ne se dégrade mais bon …) qu’il aura une bonne note ! Oui parce que l’ayant reçu pour les matchs de la rentrée littéraire de Priceminister, je dois lui mettre une note en fin d’article ! Bref.
                Le style, je vous en parlais, fait toute la beauté du roman. Parce que c’est lui qui construit tout ce que j’ai aimé d’autre. Il décrit avec justesse et détails tout ce qu’il y a à décrire. Il construit tout l’univers, toute l’ambiance du roman. Il est empreint d’émotion, de poésie et de vécu. De vie. Ce qui rend le roman lui-même vivant et on est plongés dedans comme dans un doux souvenir.

                L’histoire c’est celle de Franck. Un jour il appelle ses parents et il tombe sur la voix d’un gosse qui s’appelle Alexandre. Seulement voilà, Alexandre il n’est plus un gosse depuis longtemps. Et puis Alexandre il est mort ! Alexandre c’est son frère, et son enfance avec lui est sans doute la plus belle chose qu’il ait vécue, parce que la suite, j’ai pas trouvé que c’était que du joli … L’histoire c’est aussi celle de Louise. Louise on sait pas trop. Louise elle prend un café le matin, avec ses habitudes, mais elle a l’impression qu’elle va jamais revenir. Louise elle a un boulot qui est sur le point de chavirer, des copines attachantes comme des peluches, mais pas que. Elle a d’autres choses qu’on ne connaît pas dès le début, et un motard, une aventure qu’elle essaye de chasser. Le titre le dit, tout le laisse penser, le destin de ces deux-là va se croiser.
                Si je vous parle d’ambiance, d’univers, c’est parce qu’il est assez rare dans les romans –enfin je crois- et que ces deux sont tellement bien faits que je me suis régalé ! Franck et Louise, ils vont se retrouver dans les terres de la famille. La ferme que la famille se passe de génération en génération. La ferme où on travaille sans se plaindre, avec des bras et des jambes fortes, et une peau qui finit par devenir une véritable carapace. La ferme qu’Alexandre devait reprendre et pour laquelle il travaillait déjà dur. C’est les champs, les animaux, la forêt, la rivière, la montagne. C’est un coin paumé près d’un minuscule village et au milieu de la nature. C’est un coin où on respire le monde comme il devrait être.

                Serge Joncour parle regrets, ou non, souvenirs, famille, nature, amour, il parle passion, il parle film, il parle sourire et il parle larmes. Il parle des conflits, des combats, des défaites et des victoires. Il parle aussi de la paix. Il parle de l’insouciance. Et il parle d’enfance.

                Serge Joncour ne nous offre pas un roman lourd d’émotions. Non il en fait une lecture légère, avec ce qu’il faut de sentiments. Il nous offre une lecture qui m’a beaucoup touché, avec cette nature et cette part d’enfance qui détend tout. Cette énergie, ces jeux, ces caprices et ces amusements, ce qu’on fait d’un tout et d’un rien, ce qu’on fait quand on attend, quand on pleure, quand on rit, quand on veut ou quand on ne veut pas. Quand on est un enfant.

                 Serge Joncour nous parle d'amour. Mais ... d'amour sans le faire. D'amour de la famille. Et d'amour tout court. Mais ce que j'ai aimé aussi c'est qu'il ne fait que l'impliciter, le suggérer, tout en douceur, et en tendresse, sans baiser, sans faire l'amour, sans mots.

Je crois que ce roman n’aura pas 20. C’est difficile de mettre 20 à un roman non ? Mais 19 me semble un peu trop bas. Alors je vais titiller avec un beau 19.5 pour ce touchant coup de cœur.

3 commentaires:

Eimelle a dit…

un univers que j'ai beaucoup apprécié aussi:
ma petite chronique:
http://lecture-spectacle.blogspot.fr/2012/10/lamour-sans-le-faire-serge-joncour.html
Bonne fin de journée!

Froggy a dit…

je connais pas ce roman. la couverture est pas si mal mais j,avoue que le titre est intriguant. Et avec ton avis, on a le goût de s'y plonger... Alors, je l'ajouterai surement à ma wishlist !
bonne semaine xox et merci pour cette découverte Nathan !

Lucille a dit…

Tu donnes envie !

Publier un commentaire