Juste un instant.

(c) Pascal Campion
2013 s'achève là, l'espace d'une seule seconde où, tous en même temps au son d'une radio, d'un ami qui tient le décompte, ou du tic-tac d'une pendule, il y a un cri poussé par l'humanité. Un sensationnel "Bonne année" que chacun hurle de tout son être. N'est-ce pas extraordinaire de se dire à ce moment précis, à cet instant là, qu'un bon nombre d'humain sur cette planète, au même instant dans ce fuseau horaire comme le ferons d'autre encore autre part dans le monde, sont en train de sourire, de rire, de danser, de sauter et de se serrer dans les bras en chuchotant à chacun "Bonne année". Un instant parmi tant d'autres, mais un instant formidable, unique, intense, symbolique.
Après tout, la bonne année pourrait être souhaitée n'importe quand dans l'année, si tant est qu'on le fait régulièrement, tous les ans. Notre calendrier a voulu que ça soit aujourd'hui. A cet instant précis, cet instant où ce billet apparaît sur mon blog, cet instant où je ne suis pas en train de cliquer sur Publier car je suis moi-même dans les bras de quelqu'un, ou en l'air, en train de crier de joie. Cet instant où l'informatique, automatiquement, fait apparaître mes quelques mots dans l'océan de mots qui existent sur la toile. Cet instant où personne n'est devant mon blog en train de me lire. Cet instant où les mots voyagent dans le temps, identiques au moment où je les ai écrits, apparaissant soudain aux yeux de tous, bien que je les ai écrits plus tôt.
2013 s'achève là. Il y a dans cet instant toute une année qui défile dans les esprits. On repense. 2013 fut fait de beaucoup. Mon 2013 connut des milliers de sourires, de rires, de regards, d'étreintes échangés, partagés, offerts, accueillis. 2013 connut la joie, l'amitié, la chaleur humaine. 2013 connut l'humanité, le contact qui réchauffe le cœur, ce qui fait qu'on aime, ce qui fait qu'on vit heureux. 2013 connut l'amour. 2013 connut le cour qui bat, les mains qui deviennent moites, les pensées tournées vers une unique personne, le doute, les interrogations. 2013 connut les sentiments, encore, toujours. Un océan de sentiments qui parfois devient un tsunami. 2013 connut les larmes. Les larmes ravalées, beaucoup de larmes ravalées qui pèsent lourd. Les larmes qui coulent. Les larmes qui font du bien parce qu'on évacue. 2013 connut tout ça. 2013 connut les lectures, les coups de cœur, les salons, les dédicaces, les rencontres, les voyages, les yeux émerveillés, l'ennui, la fatigue, la colère, le découragement, la lassitude, l'envie, le désir, l'excitation, les vacances, la pluie et le soleil, le froid et la chaleur, le bonheur d'être ensemble, les au revoir, les Poussins, la plage, la mer, la montagne, le ski, la neige, l'ailleurs, la rentrée, le stress, le renouveau, le neuf, l'ancien, la vie qui continue, les soirées, les amis, la famille, les disputes, les étreintes, toujours, les fêtes, Noël, les cadeaux, merci, la fin, les souvenirs. 2013 connut tout ça.
Chaque instant passé ne restera pas dans nos souvenirs. Il y en a trop. En voilà des milliards en une seule année. Et notre vie est faite de plusieurs de ces années là, des dizaines si la vie le veut bien. Comme la mémoire humaine pourrait-elle seulement se rappeler de tout ce qu'on a vécu, de tout ce qu'on vivra ? N'en voulez à personne d'oublier, quelque chose, un instant dans ce flot d'instants. Rappelez-vous juste que chaque instant fait partie de nous, chaque moment nous construit parce qu'il influence notre personnalité, notre vision du monde, notre comportement. Chaque instant fait de nous ce que nous sommes, qu'il soit bon ou mauvais. C'est pour cela que chaque instant est un cadeau et même si on l'oublie il restera partie intégrante de notre être.
Je devais parler livre dans cette chronique, mais finalement, je n'en ai pas envie. Je mettrais juste une citation de John Green (Nos étoiles contraires) pour aller avec:
Un jour viendra, ai-je dit, où nous serons tous morts. Tous. Un jour viendra où il ne restera plus aucun être humain pour se rappeler l'existence des hommes. Un jour viendra où il ne restera plus personne pour se souvenir d'Aristote ou de Cléopâtre, encore moins de toi. Tout ce qui a été fait, construit, écrit, pensé et découvert sera oublié et tout ça, ai-je ajouté avec un geste large, n'aura servi à rien. Ce jour viendra bientôt ou dans quelques millions d'années. Quoi qu'il arrive, même si nous survivons à la fin du soleil, nous ne survivrons pas toujours. Du temps s'est écoulé avant que les organismes acquièrent une conscience et il s'en écoulera après. Alors si l'oubli inéluctable de l'humanité t'inquiète, je te conseille de l'ignorer. C'est ce que tout le monde fait. 
Notre oubli est inéluctable mais nous vivons.
Alors à tous merci. Merci de faire vivre mon blog, de partager avec moi, de commenter, de discuter avec moi.
Alors à tous, bonne année 2014. Je vous souhaite d'être heureux et de ressentir beaucoup de choses. Je vous souhaite d'aimer et d'être aimé. Je vous souhaite de superbes lectures et de très belles découvertes.
Par dessus tout, je vous souhaite de vivre chaque instant, bon ou mauvais, de la façon la plus intense qui soit.
Vivez, et soyez vous-même.
On pense toujours qu’on a le choix entre aller de l’avant ou faire du surplace, mais c’est faux. Tant que le cœur bat, que le sang coule dans les veines, que l’air emplit les poumons, on avance. - Ann  Brashares
Et un peu de musique pour aller avec ce  Bonne année ♥♫

(c) Pascal Campion

13 commentaires:

Théo a dit…

Magnifique et ... si juste ! <3 Encore génial mon coupin ! Tu fais partie intégrante de mon bonheur, et tu occupes une large place dans mon cœur ! Gros gros gros bisous ! <3
(La citation de John Green ... *O* )

Pépita a dit…

Juste merci pour ces mots...
Belle année à toi aussi :)
Je suis très contente de te connaitre, reste comme tu es, ne change rien :)

souris a dit…

Comme le dit Théo encore un texte magnifique, si juste et encore plein d'émotion, tu as raison , on ne peut se souvenir de tout , l'important pour moi c'est de ne jamais se perdre en cours de route, rester soi-même quoiqu'il en coûte, aimer chaque jour, ou au moins trouver une seule chose positive par jour. Si j'ai un rêve c'est celui de te voir devenir écrivain ou te voir sur les planches <3 . La citation de 'john Green , ahhh ce livre , je le relis souvent car beaucoup de phrases me touchent et qu'il a une résonance particulière pour moi. Passe une belle journée mon petit Nathan et encore une belle et merveilleuse année . Bisous

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci toi aussi :33

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Mais de rien :3 moi de même !
Bonne année ♥

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Sur les planches honnêtement il y a peu de chances ... mais écrivain j'y crois, j'espère, j'en rêve.
Belle journée, belle année, bisous ! :3

Lydie EtsesLivres a dit…

Jolie plume ;-)

Bonne et heureuse année 2013

Juliah a dit…

Très beau texte! Merci! Bonne année 2014 à toi : sur le net, dans les pages des livres, et surtout, dans ta vie :)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci ♥
Bonne année !

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci beaucoup !
Toi aussi !

Balletdemots a dit…

Superbement écrit (comme d'habitude) ;).

Bonne année à toi, pleine de lectures et autre.

Little-A a dit…

Magnifique texte ! Très agréable à lire <3 J'adore.
Encore une bonne année :)

Tom a dit…

Magnifique.

Enregistrer un commentaire