Les Effacés sortie du tome 6 - Interview de Bertrand Puard




        Bonjour Bertrand Puard, merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour cet évènement du mois de Novembre : la sortie du sixième et dernier tome des Effacés. Quel est ton état d’esprit à moins d’un mois de sa sortie ?


     A la fois très excité de donner aux lecteurs le fin mot de l’histoire, des histoires, mais aussi très triste car le tome 6 sera le dernier de la série et je vais donc devoir abandonner mes Effacés et les autres personnages de la série après avoir vécu à leur côtés pendant plus de deux ans et ce n’est pas. Après avoir posé le point final à Station Dumas, j’ai même connu une petite période de déprime.


Peux-tu nous parler brièvement de ce tome 6 ? Mettre l’eau à la bouche de tous les lecteurs impatients de le dévorer ?

Ils auront toutes les réponses aux questions qu’ils se posent encore sur Nicolas Mandragore, Dominique Destin et les Effacés (tout du moins je l’espère !). C’est un tome conclusif, qui parle beaucoup de cinéma, qui se déroule dans le milieu du cinéma et de la création dans un sens plus général. L’idée de départ est très intrigante : dans plus de six cent salles en France, un film est projeté. Un film que personne n’attend. Un film qui met en scène la première aventure des Effacés, Toxicité Maximale. Qui est derrière cette incroyable production ? Les Effacés apprendront cela au fil des pages, et ils n’en sortiront pas indemnes…

Tu as déjà dit dans de nombreuses interviews que tu organisais chaque tome d’un bout à l’autre si bien que tu n’as mis qu’une vingtaine de jours à écrire le cinquième. Aussi savais-tu exactement en quoi allait consister ce tome ? L’histoire a-t-elle divergé de ce que tu imaginais ?



Non, ce tome 6 est exactement comme je l’avais imaginé pendant les trois mois de préparation intensive pour ce qui est de sa documentation, son scénario, sa construction, son chapitrage. Tout cela est très balisé chez moi. Ce qui ne l’est pas, ce qui reste pour moi un espace fabuleux de liberté, c’est l’écriture bien entendu. Comment vais-je raconter ce chapitre ? Avec quelles phrases ? Avec quels mots ? J’ai cette chance de ne pas avoir l’écriture douloureuse et pour ce tome 6 là encore, il m’a fallu ce « rush » d’écriture qui a tout emporté, qui m’a laissé groggy ensuite, totalement désorienté… J’ai composé les six cent mille signes du premier jet de Station Dumas en neuf jours et neuf nuits !


Que se passe-t-il pour toi après ? Enclenches-tu aussitôt le second cycle ? Que peux-tu nous dire sur celui-ci ; va-t-il beaucoup changer du précédent ?

Je vais prendre une courte pause afin de bien penser à ce second cycle que je prépare. Les Effacés n’en feront pas vraiment partie mais on devrait rester dans le même univers, dans les même problématiques. On pourrait parler d’une série parallèle, avec une construction que je souhaite plus élaborer que celle des Effacés. Il devrait y avoir six tomes également, enfin quatre plus deux mais je n’en dis pas plus… Nous aurons l’occasion d’en reparler peut-être sur ce blog avant la sortie du premier tome prévu à la fin 2014 !

3 commentaires:

Marie a dit…

Il faut vraiment que je commence la série, cette interview est vraiment trop alléchante ^^

Anonyme a dit…

Raaah je l'attend avec impatience, je l'ai commandé mais il n'est toujours pas arrivé! Mister l'auteur, vraiment, vous êtes trop fort en ce qui concerne l'intrigue, la documentation (vous êtes vraiment courageux), l'écriture, l'histoire en elle-même, bref, vous avez un réel talent! Votre série est géniale et mériterait d'être produite en film! En tout cas merci! :)

Nathan Bouquinsenfolie a dit…

Merci pour le commentaire ^^
Bonnes lectures prochaines !

Enregistrer un commentaire